«

»

Les « faiseurs » de la nouvelle révolution industrielle

Le monde numérique n’en finit pas de nous étonner. Autrefois encore contenu dans un monde dit « virtuel », son entrée dans le monde « réel » est plus rapide que prévu. Aujourd’hui l’apparition de l’impression 3-D bon marché et de qualité suffisante, ainsi que des micro-controlleurs assez puissants pour y inclure de l’interaction, permet aux « bricoleurs » de transformer silencieusement notre consommation et notre industrie. Un nouvelle technologie ne provoque une révolution que quand elle trouve une résonance avec la société dans laquelle elle émerge. Serions-nous en train d’assister à un alignement de phase?

Dans son discours sur « L’Etat de l’Union » de février dernier, le Président américain Barak Obama a fait la part belle aux nouvelles technologies d’impression en trois dimensions. Il a notamment mis en avant la création de centres de créativité, susceptibles de dynamiser l’innovation et de créer des emplois. Cela a surpris plus d’un observateur quand le président a parlé en terme élogieux des technologies d’impression 3-D, qui ont selon lui « le potentiel de révolutionner la façon dont nous fabriquons presque tout ». Citant l’exemple d’un ancien entrepôt désaffecté dans l’Ohio, transformé en atelier de fabrication innovant, il a annoncé le lancement de trois nouveaux centres de fabrication similaires, qui deviendront partenaires des départements de la Défense et de l’Énergie pour créer des bassins d’emplois high-tech. « Et je demande au Congrès d’aider à créer un réseau d’une quinzaine de ces centres et de garantir que la prochaine révolution industrielle sera Made in America« , a-t-il déclaré.

L’ère des Makers

wired_make_cover_1904Couverture du magazine Wired

De quoi parlait-il: De la prochaine révolution industrielle? Vraiment?

En faisant référence aux « makers » (« les faiseurs ») comme étant les porteurs d’une véritable révolution industrielle en marche, Obama fait allusion à ce mouvement international de passionnés de fabrication «bricolée», de programmation ouverte, d’électronique Arduino, de design et d’impression 3-D. Ce mouvement de créatifs, le Professeur Richard Florida parlait de classe créative, prétend réinventer la production de biens de consommation. Il veut personnaliser la fabrication des objets courants, défier l’obsolescence programmée, arrêter les délocalisations, réindustrialiser les métropoles occidentales, relancer l’artisanat et le goût d’entreprendre.

makers-cover-partial

Le livre phare du mouvement est: Makers: la nouvelle révolution industrielle, de Chris Anderson, l’ancien rédacteur en chef de Wired, revue culte de San Francisco. Selon ce dernier, ce mouvement a vraiment pris aux États-Unis, et plus particulièrement dans la Bay Area, il y a sept ans avec l’arrivée des premières imprimantes 3-D « bon marché ». Dans ce livre, les exemples sont nombreux où l’on perçoit la poussée technologique des gens ordinaires vers un redéploiement industriel. Ainsi il est fascinant de voir que, par exemple, l’industrie des drones a été d’abord l’affaire de ces gentils bricoleurs faiseurs de prouesses technologiques.

Soutenu par « Make Magazine » édité par Dale Dougherty, l’autre gourou du mouvement des «makers», la communauté grandit de jour en jour non seulement en nombre, mais surtout en projets souvent payés par des sites Internet de financement populaire et participatif comme Kickstarter ou wemakeit.ch en Suisse. Plus de capital risque, plus de business angels ou de programmes étatiques de financement des start-ups, non, ce sont des projets financés par la communauté elle-même. On est passé de l’ère des start-ups à celle des net-ups pour laquelle les réseaux sont plus importants que tout.

Pour animer toutes ces énergies, des lieux ont été créés afin, d’une part, de mettre à disposition des machines pour que les gens puissent créer et, d’autre part, pour réunir ces créatifs pour échanger leurs expériences. Et surtout pour penser et «brainstormer» le futur. Ces lieux portent différents noms et répondent à différentes spécificités, mais ils ont tous comme vocation d’être les avant-gardes d’un milieu industriel en devenir. Que se soient les TechShops, les FabLabs, les HackerSpaces ou les centres créatifs, ils sont désormais plusieurs centaines à être actifs aujourd’hui dans le monde. Chaque ville qui se veut un peu compétitive, possède déjà ou est en train de construire de telles plateformes. La Suisse n’échappe pas à la règle voir l’encart ci-joint sur le Swiss Creative Center de Neuchâtel.

Qu’en sera-t-il demain?

L’état aventureux de cette première vague de «faiseurs» ne nous dit pas tout sur l’avenir industriel de nos sociétés. En effet, certains ont encore du mal à croire qu’une bande d’amateurs puisse bousculer l’establishment. C’était aussi le cas dans les années septante lorsque de jeunes barbus inventèrent l’Apple II et commencèrent à révolutionner l’informatique tout en créant la puissante Silicon Valley.

Cependant, on peut d’ores et déjà dégager trois axes de réflexions:

  1. D’abord, on va pouvoir imprimer en grand nombre des objets en 3-D aussi facilement que l’on a pu imprimer des textes, des photos ou toutes sortes d’images pour T-Shirt.
  2. Ensuite, on va pouvoir s’échanger ces objets sur de très grandes distances en temps réel et sans coût de transport. Envoyer par mail ou télécharger des plans ou des algorithmes qui seront l’expression de processus d’impression 3-D ne coûte en effet pratiquement rien et sera instantané. En clair, si je veux avoir de nouvelles assiettes pour mon ménage, alors je vais chercher dans une banque de données sur Internet pour choisir les pièces que j’aime et les imprimer à la maison.
  3. Demain, une autre fonctionnalité va perturber la réalité industrielle, c’est la capacité de faire circuler des machines via le réseau Internet. En fait, toute machine peut être représentée par un ensemble de procédures, dont je peux tirer les algorithmes sous-jacents; ainsi une machine est en fin de compte qu’un fichier d’algorithme à télécharger à volonté avant de la reconstruire à l’aide d’une imprimante 3-D et de quelques matériaux électroniques à usage simplifié. Simple en principe. Peut-être quand même pas pour tout le monde. Mais on peut supposer qu’autour des centres créatifs une compétence participative s’organisera afin de partager ces nouveaux outils et surtout ces nouvelles machines.

Les aspect négatifs ne se sont pas non plus faits attendre: des plans sont publiés pour construire un pistolet avec des pièces produites avec une imprimante 3-D. En plein débat sur la régulation des armes. Un effet de rupture certainement peu attendu! Mais les potentiels positifs dépassent de loin un aspect négatif, il faut bien le reconnaître. D’ailleurs, quelle technologie n’a-t-elle pas engendré des usages dangereux (pensons à l’atome, à l’aviation, à internet, etc.)? Chaque innovation porte en elle une part négative et positive.

L’enjeu est donc bien, comme le disait en début d’année Obama, de diffuser, d’éduquer et de maîtriser des lieux créatifs. Ceux-ci, équipés, d’une part, de matériel de type 3-D, d’électronique et de design et, d’autre part, pourvus d’une forte compétence à produire des idées innovantes sont un vecteur important pour cette nouvelle donne créative et industrielle.

Voyons 3 des thèmes évoqués plus en détail.

Swiss Creative Center

swiss-creative-center

Lorsqu’un pays comme la Suisse caracole en tête des classements internationaux en matière d’innovation, on doit se poser naturellement la question de comment se maintenir à un tel niveau de performance. La réponse est simple: améliorer les processus de créativité, source première de l’innovation. En s’engageant sur le terrain de l’innovation de rupture, Neuchâtel se dote du premier centre de ce type en Suisse où les créatifs issus d’horizons différents travaillent avec les industriels et commerçants au sein d’une dream team emmenée par Elmar Mock, co-inventeur de la Swatch, l’ethnologue Jacques Hainard ou le designer Xavier Perrenoud entre autres. C’est le pari que le Canton de Neuchâtel, sous l’impulsion de la Chambre Neuchâteloise du Commerce et de l’Industrie, vient de lancer avec le Swiss Creative Center: le profiler comme centre disposant d’une sorte d’accélérateur à la créativité, en assemblant matériels (grâce au Fablab) et compétences (à l’aide d’un Thinklab). La créativité de rupture est sans doute pour demain, ce petit plus qui maintiendra la Suisse en tête des pays les plus innovants au monde.

L’impression 3-D

Makerbot Replicator 2

L’industrie classique a jusqu’ici été bâtie sur des procédés de fabrication tels que le tournage, le fraisage et le découpage des pièces. La révolution de l’impression 3-D est de passer d’un paradigme qui enlève de la matière pour obtenir l’objet voulu, à un processus additif qui dépose de la matière couche par couche. Un peu comme l’encre déposée par une imprimante classique, sauf que la matière déposée crée une épaisseur donnant forme à un objet. On passe donc d’un modèle de soustraction de matière à celui d’addition. Les techniques dites additives existent depuis les années 70, mais elles restaient encore récemment très chères et peu diffusées. L’arrivée d’imprimantes 3-D telles que RepRap ou MakerBot ont fait diminuer très fortement les coûts d’achat d’une imprimante 3-D. En 3 ans, les prix ont été divisés par 100, les faisant passer sous la barre des 1000 dollars. D’ailleurs Amazon a récemment ouvert un département spécifique de son magasin en ligne dédié au technologies d’impression 3-D. Cela laisse entrevoir des changements drastiques pour le prototypage, pour la personnalisation d’objets, et aussi bien sûr pour la diffusion même de la production et de la conception dans la société. Les objets crées actuellement ne sont pas encore de qualité suffisante et les imprimantes sont lentes, c’est vrai, mais cela ne saurait que s’améliorer au fil du temps. Et en attendant, il suffit de connaitre un atelier avec une imprimante plus performante auquel on peut envoyer ses plans par Internet pour pallier à ces inconvénients comme le propose par exemple Shapeways.

Arduino ou comment ajouter de l’intelligence aux objets

Arduino

Avoir des objets c’est bien. Mais avoir des objets intelligents c’est mieux. Arduino propose un circuit imprimé qui est facilement programmable pour effectuer des tâches, contrôler des appareils, piloter un robot, etc. Cela ouvre immédiatement un champ formidable aux makers. D’autant plus qu’ici aussi le modèle utilisé repose sur l’open source (comme pour l’imprimante 3-D RepRap) et que le coût du kit est dérisoire (environ 20 Euros). Les projets initiés sont parfois un peu fous, mais souvent ingénieux. Par exemple, il devient possible de construire un drone autopiloté, de transformer sa lampe de bureau en robot ou de faire de ses baskets un instrument de musique. Encore réservé à un petit nombre de hackers par sa technicité, le modèle se diffuse de par l’étendue des possibilités de programmation et le coût très faible de l’appareillage.

Conception assistée par ordinateur

Thingiverse

Pour créer et prototyper les objets en 3-D, il faut les concevoir et les traduire dans une langue compréhensible pour les imprimantes. C’est ce que font les logiciels dits de CAO (conception assistée par ordinateur) ou CAD (computer aided design). Le modèle peut se concevoir de zéro bien sûr, mais on dispose aujourd’hui de librairies très variées d’objets déjà modélisés. Par exemple, le site Thingiverse propose des dizaines de milliers de fichiers décrivant des objets imprimables en 3-D. Au-delà des logiciels professionnels coûteux, il en existe de gratuits, certains libres comme OpenSCAD et d’autres propriétaires comme 123D de Autodesk. Il ne reste plus qu’à laisser libre cours à son imagination.

Giorgio Pauletto, Observatoire technologique et Xavier Comtesse, Avenir Suisse
Adapté d’un texte paru comme article dans «Affaires Publiques»

The following two tabs change content below.
Futures studies, strategy, innovation, design thinking, services and foresight in the mix of technology and society. http://about.me/giorgio.pauletto
FacebookTwitterLinkedInBookmark/FavoritesEmailShare