«

»

On a causé Ergonomie et accessibilité du Web…

Ni le match de foot Portugal-Tchéquie, ni la fête de la musique en France voisine, ni même l’une des premières belles soirées de l’année n’ont retenu la quinzaine de participants à cette septième causerie du jeudi consacrée à l’ergonomie et à l’accessibilité du Web.

Lætitia Giannettini, consultante dans le domaine de l’ergonomie et de l’accessibilité, ainsi que Julien Conti, spécialiste dans l’accessibilité du Web pour les malvoyants ont animé une causerie axée sur des exemples concrets, en majorité centrés sur les problèmes d’accessibilité liés au handicap.

Lætitia a tout d’abord rappelé les définitions de l’ergonomie et de l’accessibilité pour clarifier deux concepts qui, même si ils sont très proches, ne recouvrent pas la même réalité (voir sa présentation ci-dessous). Pour elle, les notions de pertinence et de valeur ajoutée des contenus constituent les mots-clés à prendre en compte, au-delà de celle d’utilisabilité que l’on met systématiquement en avant.

Elle nous rappelle que pour Tim Berners-Lee, le fondateur du Web, l’idée initiale était de le mettre à la disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales.

Lætitia évoque une accessibilité qui touche potentiellement tout le monde: chacun est, à un moment ou à un autre, un handicapé de la navigation sur le Web et de l’accès à la connaissance qu’il recèle. Qui ne s’est jamais retrouvé sur un site en se sentant complètement démuni, que ce soit en raison d’une interface impénétrable, d’une navigation peu intuitive ou de contenus incompréhensibles? Lorsque l’on se place dans cette perspective il est évident que l’accessibilité bénéficie in fine à tous. Et si il ne fallait retenir qu’une chose de cette causerie, Lætitia souhaiterait que ce soit celle-là! Au-delà, il faut aujourd’hui une prise de conscience accrue et une meilleure compréhension des problèmes d’utilisation et d’accès à l’information du web. Car il reste encore beaucoup à faire pour implémenter et rendre durable l’accessibilité des contenus Web à grande échelle.


Et ce n’est pas Julien Conti qui la contredira. Aveugle de naissance, Julien est en effet confronté quotidiennement au manque d’accessibilité de nombreux sites Web. Et il l’a illustré à travers quelques exemples choisis, nous faisant découvrir au passage sa dextérité à utiliser sa ligne braille et son logiciel de synthèse vocale pour naviguer à travers des pages et des contenus dont il ne peut à aucun instant avoir une vision d’ensemble.

Julien Conti teste quotidiennement les pages Web de notre administration cantonale ainsi que les formulaires mis en ligne. Il nous confirme le fait qu’une grande majorité des sites de la planète sont encore peu accessibles (60 à 70%), alors que la mise en œuvre de quelques règles simples pourraient changer la vie de très nombreuses personnes.

Il ne nous est malheureusement pas resté suffisamment de temps pour vraiment élargir la discussion et l’amener vers des territoires inexplorés. Nous avons toutefois terminé en abordant l’usage croissant des tablettes et des smartphones qui, si ils amènent leur lot de problèmes potentiels en terme d’accessibilité, sont dans le même temps porteurs de bien des opportunités pour les personnes en situation de handicap.

Quelques liens:

 

 

The following two tabs change content below.

Patrick Genoud

http://aliaz.com/patgen
Veille stratégique et prospective au service de l'innovation dans le secteur public

Derniers articles parPatrick Genoud (voir tous)

FacebookTwitterLinkedInBookmark/FavoritesEmailShare

1 ping

  1. On a causé Ergonomie et accessibilité du Web… | la Muse

    [...] avez manqué cette causerie? Retrouvez la synthèse complète de Patrick Genoud sur le site de l’Observatoire Technologique. Share [...]

Les commentaires sont désactivés.