On a causé de monnaies numériques…

Une vingtaine de personnes étaient présentes jeudi 24 mai pour assister à cette sixième causerie organisée à la Muse et consacrée aux monnaies numériques. Pour la première fois nous n’avions pas proposé directement le thème de la causerie. C’est en effet une discussion amorcée à la suite de celle consacrée à l’économie du libre qui a amené Jean-Pierre Rupp à lancer le sujet de la soirée.

Avis aux amateurs: nous sommes toujours preneurs de sujets intéressants pour nos causeries!

La majorité des participants sont venus par simple curiosité, pour découvrir quelles idées et quelles réalités peuvent bien se cacher derrière ces monnaies numériques.

C’est donc Jean-Pierre Rupp, consultant Bitcoin, qui anime la causerie en commençant par rappeler les caractéristiques fondamentales d’une monnaie (rareté, uniformité, divisibilité, durabilité et transmissibilité) avant d’introduire Bitcoin, la monnaie numérique illustrative du thème de la soirée. Bitcoin se propose de reproduire dans le monde digital ces propriétés qui ont fait de l’or une monnaie universelle.

Après un discours souvent technique et pas toujours aisément compréhensible pour décrire les mécanismes mis en place autour de Bitcoin, on en arrive aux questions essentielles qui ont enflammé cette causerie comme jamais cela n’avait été le cas auparavant. Car lorsque l’on parle de monnaie et d’argent, on est au cœur de notre quotidien et des choix de société qui le guident…

Et des choix, les initiateurs de Bitcoin en ont fait des radicaux en se reposant sur une architecture non centralisée, non contrôlée et non contrôlable (sauf à couper l’Internet). De cette façon Bitcoin ne dépend pas de la confiance envers un tiers particulier, mais plutôt envers la robustesse des procédés cryptographiques employés. Je ne vais pas revenir ici sur les caractéristiques de Bitcoin, Wikipedia les résumant bien mieux que moi.

Jean-Pierre Rupp a surtout insisté sur les principes qui ont guidé la communauté Bitcoin: liberté, anonymat et respect de la sphère privée ! Une communauté que Jean-Pierre qualifie volontiers de cypher anarchists !

La question de l’anonymat soulève bien des controverses dans l’assemblée.  Mais Jean-Pierre Rupp nous rappelle que Bitcoin se veut une monnaie universelle et que la réalité de notre pays biaise notre regard sur cette notion d’anonymat. Si nous étions iranien ou vénézuélien pour reprendre les exemples donnés, nous verrions les choses d’un autre œil. Dans ces pays l’anonymat peut en effet constituer une qualité précieuse, voire vitale.

Et lorsqu’on évoque l’anonymat, se pose également la question de la confiance à accorder à Bitcoin. Jean-Pierre aborde le sujet de manière très concrète en signalant qu’on a déjà assisté à des vols de Bitcoins (les voleurs ont manifestement confiance dans la valeur de cette monnaie). Et la (bonne) réponse apportée par les sites d’échange qui ont subi le préjudice a renforcé la confiance dans le système.

Certains se sont ensuite étonnés de l’absence d’éthique de la démarche (alors qu’on aurait pu l’intégrer dans les gênes de Bitcoin). D’autres ont perçu cette monnaie numérique comme un système complexe et élitiste réservé aux geeks uniquement, avec une barrière d’entrée qui n’en fait pas une monnaie démocratique. D’autres enfin relèvent le bilan écologique négatif lié au mode de production des Bitcoins. Des questions et des remarques qui n’ont pas obtenu de réponses définitives lors de cette causerie mais qui ont dans tous les cas suscité des échanges passionnés.

Jean-Pierre Rupp a conclu cette causerie en prédisant avec conviction que « Bitcoin va changer le monde! ». Je ne sais pas s’il a raison, mais comme l’a relevé l’un des participants, Bitcoin a le mérite de démontrer à l’échelle de la planète qu’il est possible de lancer une monnaie (numérique) viable et qui offre une alternative aux schémas dans lesquels nous nous sommes enfermés…

Pour ceux qui veulent en savoir plus:

 

 

The following two tabs change content below.

Patrick Genoud

http://about.me/patgen
Conseiller au numérique et à l’innovation dans le secteur public
Share

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.